Lettre à un enfant migrant

Mon tout petit, 

Tu dois sûrement te demander qui je suis. On ne parle pas la même langue, j’ai 17 ans et je suis si loin. Je sais que tu ne comprends pas ce que je vais te dire. Mais je suis sûre que tu le ressens. Je voudrais te demander pardon. Pardon pour tous, pour notre indifférence, pour la vague qui t’a pris et ramené sur le sable. 

C’était le 2 septembre 2015. Et puis voilà que circule cette photo. Ton t shirt rouge rayé, ton visage dans le sable. Tu ne savais pas encore lire ton alphabet. Tu ne demandais qu’à vivre, qu’à respirer. Et l’eau est entrée dans tes poumons. 

Ils osent dire maintenant que ça va faire bouger les choses, que ta mort va améliorer la situation des migrants. Ça me met hors de moi. Parce que derrière toi il y en a bien des milliers d’autres qui sont sous la mer et qu’on n’a jamais pu photographier. 

Tu es si petit et pourtant tu m’as tellement appris. Maintenant je sais la chance que j’ai. J’essaye d’être meilleure. Pour toi, pour ta mémoire, pour qu’on ne t’oublie pas. 

La mer t’a prise avec elle, peut-être pour te protéger de ce monde effrayant. Oui, peut-être que finalement tu a réussi à t’échapper. 

Rachida, Villeneuve d’Ascq (59)

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *