Lettre à mon espérance

« Tu sais, il y a des jours où je m’imagine capable de réaliser tous mes rêves, capable de changer les choses comme les héros dans les films. Parfois, je me vois en train d’éradiquer la pauvreté, de mettre fin une bonne fois pour toute au racisme. »

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  

Salut toi, ça fait longtemps ! Comment vas-tu en ce moment ? C’est difficile de trouver les mots pour te parler. Tu sais, le monde a bien changé depuis ton départ. En tous cas tu n’as pas changé. Et moi, comment tu me trouves ?

De mon côté, je me suis rendue compte que le monde était loin d’être celui qu’on me racontait dans les contes de mon enfance. Je ne sais même plus à quand remonte le temps où on vivait en harmonie toi et moi… Tu te souviens de cette époque où les malheurs de la planète n’avaient pas d’impact sur notre vie ? Il m’arrive de repenser à ces moments de liberté et de joie. Ces moments où l’on faisait des pique-niques entre amis le long de la rivière, où l’on construisait des cabanes qu’on percevait comme des châteaux. Ces moments où nous avions le temps de découvrir le monde et la nature, danser, jouer ou encore chanter sans jamais être stressés et pressés par le temps.

Alors que je devrais vivre les meilleurs moments de ma vie, profiter de ma jeunesse comme on me l’a tant répété, je suis chez moi, impuissante face à une pandémie. Oui tu as bien entendu, une pandémie ! Je m’imaginais vivre ma dernière année de secondaire entourée de mes amis, à sortir et à vivre de nouvelles expériences… Mais je dois me faire une raison et me dire que cette année ne sera pas celle que j’attendais. Les choses ne se passent pas toujours comme on le voudrait.

Tu sais, il y a des jours où je m’imagine capable de réaliser tous mes rêves, capable de changer les choses comme les héros dans les films. Parfois, je me vois en train d’éradiquer la pauvreté, de mettre fin une bonne fois pour toute au racisme. J’ai soudain le pouvoir de permettre à chaque humain d’atteindre le bonheur, d’anticiper chaque événement tragique comme les attentats ou les catastrophes naturelles et pouvoir les éviter. Alors je me regarde étonnée, et je me dis que c’est sûrement toi qui refais surface.

J’aimerais changer les choses, réveiller les gens, face à une planète dont l’état se dégrade de jour en jour. Ces pensées me rendent visite chaque jour, mais encore plus depuis cette crise du Covid. Je me questionne de plus en plus sur notre mode de vie qui pourrait être tellement plus simple et agréable. Je vois d’autres personnes se poser des questions, comme si cette crise allait peut-être vraiment nous permettre de changer.

Je me suis rendue compte que nous sommes en plein dans une société digitalisée et obnubilée par le virtuel, et je me demande s’il y aura une limite. Je rêverais de vivre dans une société avec plus de contacts sociaux. Où nous pourrions parler entre nous plus librement et faire de nouvelles rencontres sans passer par le biais des smartphones. Une société où nous occuperions nos journées à travailler ensemble et non plus dans notre coin. Tu vois, je rêve d’un monde plus solidaire où aider serait presque une vocation pour chaque personne.

Qu’en penses-tu, toi qui m’a fait croire pendant longtemps qu’un simple bracelet porte-bonheur m’aiderait à tout réussir ? Tu sais, le monde qui nous entoure est tellement beau, à quoi bon se prendre la tête pour des choses sans importance ? Pour des échecs scolaires par exemple, parce qu’au fond il n’y a pas que ça qui compte dans la vie… La famille, les amis, la santé, ça c’est important.

Alors oui, j’ai peur de l’avenir, mais j’ai aussi foi en lui. J’ai foi en l’humanité et en toutes ces personnes qui tentent de faire bouger les choses, de faire évoluer les mentalités sur le racisme, le sexisme, l’homophobie, sur la conscience écologique et sur les discriminations. Si tu restais vivante en chaque humain, on comprendrait que nous sommes habités par les mêmes espoirs, et que nos différences ne sont pas des défauts.

Parfois, ça fait du bien de se dire que l’on peut croire en certaines personnes, croire au monde. Parce qu’au fond, percevoir le positif dans le négatif est un moteur dans ma vie de tous les jours.

Tu m’as donné la force de savoir me relever après les moments les plus difficiles parce qu’au final, la plus grande réussite c’est ça, savoir se relever après être tombée. Je sais que tu as envie de t’éloigner ces temps-ci. Et je sais que tu reviendras. Car tu reviens toujours.

Clo, 17 ans, Belgique

© 📸 @shashanksahay (Shashank Sahay) via @unsplash
💻 graphiste visuel @cess.cess.16 (Cécile Gascuel)

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *