Lettre à ma barbe

Je pense souvent à toi. Avec toi à mes côtés, je serais capable d’arborer un franc sourire. Car tu embellirais mon visage d’habitude si triste. J’aimerais sortir avec toi pour affronter les rues sauvages, avec la confiance que tu donnes. Avoir la joie de me réchauffer contre toi quand il fait froid.

J’oserais passer mes journées à te chouchouter, t’aider à te faire belle et même te faire des nattes si tu m’autorisais… Je t’aiderais à te laver, partageant avec toi des moments torrides, à faire courir le savon le long de tes courbes sensuelles… T’enlacer, t’embêter, t’ébouriffer par quelques gratouilles.

Seulement voilà, c’est toi ma belle qui me délaisses, si réticente à l’idée de me côtoyer. Qu’ai-je fait de mal pour que tu ne veuilles pas élire domicile sur ma peau ? Qu’ont-ils donc, les autres ? Ces ingrats qui te délaissent, te négligent, te laissent partir dans tous les sens. Et ceux qui t’utilisent sans vergogne pour plaire à une autre… Ces traîtres qui t’attendaient depuis l’adolescence mais qui, une fois la fougue passée, préfèrent te dire adieu que de poursuivre le chemin avec toi.

Au final la vie est ainsi faite. De ne pas t’avoir je me fais à l’idée. Mais saches que si jour tu veux me rejoindre, à tout âge de la vie, je serai prêt, à te tendre le menton.

Jérôme, Belfort.

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *