Lettre à mes chaînes

Vous voilà encore près de moi, à guider mes pas. Je crois que la vie de chacun est conditionnée par vous. Vous nous poussez à aller travailler le matin et à rentrer chez nous le soir. Pourtant beaucoup vivent sans même vous remarquer. Vous savez vous faire légère.

Moi je vous sens peser de plus en plus. Chaque matin vous me tirez au lycée de salle en salle, de couloir en couloir. Puis vous me ramenez de force chez moi. Avant, j’étais heureux de rentrer. J’étais pris dans les chaînes affectives qui nous font aimer les personnes qui nous entourent. 

Mais l’année dernière tout a changé. J’ai découvert des moyens de vous faire disparaître, au moins pour un temps. Une fois qu’on l’a fait une fois on vous voit partout. 

Bien des fois j’ai cru partir. Quitter tout ça. Rien à faire. Vous m’avez suivi. Plus lourdes et plus tranchantes encore. Un jour je partirai, je vous le jure. 

Duri

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *